Dernière de la saison 2013-2014, l'exposition « African Way » s'inscrit dans le cadre de l'une des quatre thématiques sur lesquelles s'est appuyée depuis trois ans la programmation de la Chapelle de la Visitation, à Thonon-les-Bains - à savoir dans ce cas, "Nomadisme/Mondialisme".

Cette exposition est l'occasion d'aller à la rencontre du travail d'artistes qui appartiennent à l'une des scènes artistiques les plus dynamiques qui soient, l'Afrique. Si les artistes occidentaux ont  longtemps emprunté à l'art africain leurs  modèles et leurs modes d'expression, deux expositions cultes : Magiciens de la terre (1989) et Africa Remix (2005) - ont  porté au premier plan de l'activité artistique  internationale la richesse d'invention de  nombreux artistes contemporains du continent africain. En l'espace d'une trentaine d'années, la scène africaine a ainsi intégré les réseaux et les circuits du monde de l'art contemporain. « African Way » vise à témoigner de cette situation en présentant un certain nombre de travaux d'artistes qui caractérisent l'art contemporain africain.

Le titre générique d'« African Way » - paraphrase fragmentaire de l'expression « american way of life » est employé ici pour souligner la  considérable influence que l'art africain a joué depuis le début du XXe siècle sur les artistes du circuit occidental, notamment depuis que  Picasso en a repris les canons avec Les  Demoiselles d'Avignon (1906-19707). A la  différence des deux expositions précédentes consacrées successivement aux scènes  brésilienne (« O Brazil », janvier-mars 2012) et chinoise (« Et la Chine s'est éveillée », janvier-mars 2013), si « African Way » réfère à la réalité d'une scène continentale, il ne s'agit pas pour autant de l'embrasser de façon  exhaustive mais d'en faire valoir certains  aspects significatifs.


Parmi les artistes exposés, trois artistes de la galerie MAGNIN-A :

Originaire de Côte-d'Ivoire, Frédéric Bruly Bouabré, né en 1923, développe tout un travail de dessins de petits formats, texte et image conjugués, entre bande dessinée et  illustration, qui relèvent de la mythologie et de la civilisation bété.

Chéri Samba, né en République démocra-tique du Congo en 1956, réalise quant à lui des peintures qui apparaissent comme une synthèse subtile de l'imagerie publicitaire, de l'inventivité verbale et de l'observation de la vie quotidienne, tout en portant un regard critique sur la vie sociale et les murs.

Tout en  réalisant dès les années 1960 des photographies de studio, Malick Sidibé, né au Mali en 1936, a effectué de nombreux reportages sur les  loisirs des jeunes du nouvel Etat malien :  portraits, soirées, surprises-parties, fêtes, bars, etc., rien n'a échappé à celui qu'on surnomme  « l'oeil de Bamako ».

Site web

Télécharger : Dossier de presse